www.handi-service.info

 

Décrets, arrêtés, circulaires

 

Textes généraux

 

Ministère de l’emploi, de la cohésion sociale et du logement

 

 

Arrêté du 17 mai 2006 relatif aux caractéristiques techniques relatives à l’accessibilité aux personnes handicapées lors de la construction et de l’aménagement des bâtiments d’habitation  

 

NOR: SOCU0611042A  

 

Le ministre de l’emploi, de la cohésion sociale et du logement, le ministre de la santé et des solidarités, le ministre délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille,

 

Vu la directive 98/34/CE du 22 juin 1998 prévoyant une procédure d’information dans le domaine des normes et réglementation techniques, modifiée par la directive 98/48/CE du 20 juillet 1998 ;

 

Vu le code de la construction et de l’habitation ;

 

Vu l’avis du Conseil national consultatif des personnes handicapées en date du 20 décembre 2005,

 

Arrêtent :

 

 

Chapitre Ier

 

Caractéristiques relatives

 

aux bâtiments d’habitation collectifs neufs

 

Article 1

 

 

Les dispositions du présent chapitre sont prises pour l’application des dispositions des articles R. 111-18 à R. 111-18-3 du code de la construction et de l’habitation pour l’accessibilité aux personnes handicapées, quel que soit leur handicap.

 

Les dispositions architecturales et les aménagements propres à assurer l’accessibilité des bâtiments d’habitation collectifs neufs et de leurs abords doivent satisfaire aux obligations définies aux articles 2 à 11.

Article 2

 

 

Dispositions relatives aux cheminements extérieurs.

 

Un cheminement accessible doit permettre d’atteindre l’entrée du ou des bâtiments depuis l’accès au terrain. Le choix et l’aménagement de ce cheminement sont tels qu’ils facilitent la continuité de la chaîne du déplacement avec l’extérieur du terrain.

 

Le cheminement accessible permet notamment à une personne ayant une déficience visuelle, auditive ou mentale de se localiser, s’orienter et atteindre le bâtiment aisément et sans danger et permet à une personne ayant une déficience motrice d’accéder aisément à tout équipement ou aménagement utilisable par les occupants ou les visiteurs de l’immeuble.

 

Lorsqu’il existe plusieurs cheminements, les cheminements accessibles sont signalés de manière adaptée.

 

Lorsque les caractéristiques du terrain ne permettent pas la réalisation d’un cheminement accessible depuis l’extérieur du terrain, un espace de stationnement adapté est prévu à proximité de l’entrée du bâtiment et relié à celle-ci par un cheminement accessible.

Article 3

 

 

Dispositions relatives au stationnement.

 

Tout parc de stationnement automobile intérieur ou extérieur dépendant d’un bâtiment d’habitation, qu’il soit à l’usage des occupants ou des visiteurs, doit comporter un pourcentage de places adaptées. Ces places adaptées sont localisées à proximité de l’entrée du bâtiment ou de l’ascenseur et reliées à ceux-ci par un cheminement accessible.

Article 4

 

 

Dispositions relatives aux accès aux bâtiments.

 

Tout dispositif visant à permettre ou restreindre l’accès au bâtiment ou à se signaler à un occupant doit pouvoir être repéré, atteint et utilisé par une personne handicapée.

 

Lorsqu’un dispositif permet une communication entre visiteur et occupant, il doit permettre à une personne handicapée occupante d’entrer en communication avec le visiteur.

Article 5

 

 

Dispositions relatives aux circulations intérieures horizontales des parties communes.

 

Les circulations intérieures horizontales doivent être accessibles et sans danger pour les personnes handicapées. Les principaux éléments structurants du cheminement doivent être repérables par les personnes ayant une déficience visuelle et facilement identifiables par les personnes ayant une déficience mentale.

 

Une dénivellation qui ne peut être franchie par un cheminement accessible doit faire l’objet d’une demande de dérogation dans les conditions fixées par l’article R. 111-18-3 du code de la construction et de l’habitation. Dans ce cas, la dénivellation doit a minima être compensée par l’installation d’un appareil élévateur, à condition qu’il soit localisé en intérieur, d’usage permanent et respectant les réglementations en vigueur.

Article 6

 

 

Dispositions relatives aux circulations intérieures verticales des parties communes.

 

Les escaliers doivent pouvoir être utilisés en sécurité par les personnes handicapées, y compris lorsqu’une aide appropriée est nécessaire. La sécurité des personnes doit être assurée par des aménagements ou équipements facilitant notamment le repérage des obstacles et l’équilibre tout au long de l’escalier.

 

Tous les ascenseurs doivent pouvoir être utilisés par les personnes handicapées. Les caractéristiques et la disposition des commandes extérieures et intérieures à la cabine doivent, notamment, permettre leur repérage et leur utilisation par ces personnes. Dans les ascenseurs, des dispositifs doivent permettre, d’une part, de s’appuyer et, d’autre part, de recevoir par des moyens adaptés les informations liées aux mouvements de la cabine, aux étages desservis et au système d’alarme.

Article 7

 

 

Dispositions relatives aux revêtements des parois des parties communes.

 

Les revêtements de sol et les équipements situés sur le sol des cheminements des parties communes doivent être sûrs et permettre une circulation aisée des personnes handicapées. Les revêtements de sols, murs et plafonds ne doivent pas créer de gêne visuelle ou sonore pour les personnes ayant une déficience sensorielle.

Article 8

 

 

Dispositions relatives aux portes et sas.

 

Toutes les portes situées dans les circulations communes doivent permettre le passage des personnes handicapées et pouvoir être manoeuvrées par des personnes ayant des moyens physiques réduits, y compris en cas de système d’ouverture complexe. Les portes comportant une partie vitrée importante doivent pouvoir être repérées par les personnes malvoyantes et ne pas créer de gêne visuelle.

 

Les sas doivent permettre le passage et la manoeuvre des portes par les personnes handicapées.

Article 9

 

 

Dispositions relatives aux équipements intérieurs et extérieurs.

 

Les équipements, les dispositifs de commande et de service situés dans les circulations et parties communes doivent pouvoir être repérés, atteints et utilisés par les personnes handicapées. La disposition des équipements ne doit pas créer d’obstacle ou de danger pour les personnes ayant une déficience visuelle.

Article 10

 

 

Dispositions relatives aux locaux collectifs, celliers et caves.

 

Les occupants handicapés doivent pouvoir accéder à l’ensemble des locaux collectifs ainsi qu’aux caves et celliers. Ces locaux et les cheminements qui y conduisent font l’objet d’un éclairage suffisant.

Article 11

 

 

Dispositions relatives à la qualité générale du bâtiment.

 

Lorsque des informations permanentes sont fournies aux visiteurs par le moyen d’une signalisation visuelle ou sonore, celles-ci doivent pouvoir être reçues et interprétées par un visiteur handicapé.

 

La qualité de l’éclairage, artificiel ou naturel, des circulations communes intérieures et extérieures doit être telle que l’ensemble du cheminement est traité sans créer de gêne visuelle. Les parties du cheminement qui peuvent être source de perte d’équilibre, les dispositifs d’accès et les informations fournies par la signalétique font l’objet d’une qualité d’éclairage renforcée.

 

Chapitre 2

 

Caractéristiques relatives

 

aux maisons individuelles neuves

 

Article 12

 

 

Les dispositions du présent chapitre sont prises pour l’application des dispositions des articles R. 111-18-4 à R. 111-18-7 du code de la construction et de l’habitation.

 

Les dispositions architecturales et les aménagements propres à assurer l’accessibilité des maisons individuelles et de leurs abords doivent satisfaire aux obligations définies aux articles 13 à 17.

Article 13

 

 

Dispositions relatives aux cheminements extérieurs.

 

Un cheminement accessible doit permettre d’atteindre l’entrée du logement depuis l’accès au terrain. Le choix et l’aménagement de ce cheminement sont tels qu’ils facilitent la continuité de la chaîne du déplacement avec l’extérieur du terrain.

 

Le cheminement accessible permet notamment à une personne ayant une déficience visuelle, auditive ou mentale de se localiser, s’orienter et atteindre le logement aisément et en sécurité et permet à une personne ayant une déficience motrice d’accéder aisément à tout équipement ou aménagement utilisable par les occupants du logement ou les visiteurs.

 

Lorsque les caractéristiques du terrain ne permettent pas la réalisation d’un cheminement accessible depuis l’extérieur du terrain, un espace de stationnement adapté est prévu à proximité de l’entrée du logement et relié à celle-ci par un cheminement accessible.

 

Lorsque des locaux ou équipements collectifs sont affectés à des ensembles résidentiels, un cheminement accessible relie ces locaux ou équipements à chaque logement. Lorsque les caractéristiques du terrain où sont implantés ces locaux ou équipements ne permettent pas la réalisation d’un cheminement accessible, un espace de stationnement adapté est aménagé et relié par un cheminement accessible à chaque local collectif ou équipement collectif.

 

Les équipements, les dispositifs de commande et de service situés sur les cheminements accessibles doivent pouvoir être repérés, atteints et utilisés par les personnes handicapées. La disposition des équipements ne doit pas créer d’obstacle ou de danger pour les personnes ayant une déficience visuelle.

Article 14

 

 

Dispositions relatives au stationnement.

 

Lorsqu’une ou plusieurs places de stationnement sont affectées à une maison individuelle, l’une au moins d’entre elles doit être adaptée et reliée par un cheminement accessible à la maison. Lorsque cette place n’est pas située sur la parcelle où se trouve la maison, une place adaptée dès la construction peut être commune à plusieurs maisons.

Article 15

 

 

Dispositions relatives aux circulations intérieures.

 

Les circulations et les portes d’entrée extérieures et intérieures de chaque logement doivent, dès la construction, offrir des caractéristiques minimales permettant l’accès de personnes handicapées. Les dispositifs de commande doivent y être aisément repérables et utilisables par ces personnes.

 

Dans le cas de logements réalisés sur plusieurs niveaux, les caractéristiques minimales concernent tous les niveaux qui doivent, en outre, être reliés par un escalier adapté.

Article 16

 

 

Dispositions relatives à l’unité de vie.

 

Dans le cas d’un logement réalisé sur un seul niveau, ce logement doit, outre les caractéristiques obligatoires des circulations intérieures, offrir dès la construction des caractéristiques minimales permettant à une personne handicapée d’utiliser la cuisine, le séjour, une chambre, un cabinet d’aisances et une salle d’eau. Une partie des espaces nécessaires à l’utilisation par une personne en fauteuil roulant peuvent être utilisés à d’autres fins sous réserve que des travaux simples permettent d’en recouvrer l’usage.

 

Dans le cas d’un logement réalisé sur plusieurs niveaux, le niveau d’accès au logement doit comporter au moins la cuisine, le séjour et un cabinet d’aisances comportant un lavabo et ces pièces doivent répondre aux exigences fixées au premier alinéa.

Article 17

 

 

Dispositions relatives aux équipements et locaux collectifs.

 

Les équipements collectifs affectés aux ensembles résidentiels doivent pouvoir être repérés, atteints et utilisés par les personnes handicapées. La disposition de ces équipements ne doit pas créer d’obstacle ou de danger pour les personnes ayant une déficience visuelle.

 

Les circulations et les portes des locaux collectifs affectés aux ensembles résidentiels doivent, dès la construction, offrir des caractéristiques minimales permettant aux personnes handicapées d’y accéder. Les dispositifs de commande doivent y être aisément repérables et utilisables par ces personnes.

Article 18

 

 

Le directeur général de l’urbanisme, de l’habitat et de la construction et le directeur général de l’action sociale sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

 

Fait à Paris, le 17 mai 2006.

 

Le ministre de l’emploi,

 

de la cohésion sociale et du logement,

 

Jean-Louis Borloo

 

Le ministre de la santé et des solidarités,

 

Xavier Bertrand

 

Le ministre délégué à la sécurité sociale,

 

aux personnes âgées,

 

aux personnes handicapées

 

et à la famille,

 

Philippe Bas

 

retour sur la page décret

retour sur la page d'accueil

 

Copyright (handi-service.info) 2005-2006.

Page modifiée le : vendredi 19 mai 2006