www.handi-service.info

 

 

 

J.O n° 35 du 10 février 2006 page 2125 texte n° 7

 

Décrets, arrêtés, circulaires

 

Textes généraux

 

Ministère de l’emploi, de la cohésion sociale et du logement

 

 

Décret n° 2006-136 du 9 février 2006 relatif aux modalités de calcul de la contribution annuelle au fonds de développement pour l’insertion professionnelle des handicapés  

 

NOR: SOCF0610309D  

 

Le Premier ministre,

 

Sur le rapport du ministre de l’emploi, de la cohésion sociale et du logement,

 

Vu le code du travail, notamment son article L. 323-8-2 ;

 

Vu la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, notamment son article 96 ;

 

Vu l’avis du Conseil supérieur pour le reclassement professionnel et social des travailleurs handicapés en date du 4 novembre 2005 ;

 

Vu l’avis du Conseil national consultatif des personnes handicapées en date du 23 novembre 2005,

 

Décrète :

 

Article 1

 

 

La sous-section 2 de la section 1 du chapitre III du titre II du livre III du code du travail (troisième partie : Décrets) est remplacée par les dispositions suivantes :

 

« Sous-section 2

 

 

« Modalités de calcul de la contribution annuelle

 

au fonds de développement pour l’insertion professionnelle des handicapés

 

« Art. D. 323-2. - I. - La contribution annuelle prévue à l’article L. 323-8-2 est égale :

 

« 1° Au nombre de bénéficiaires manquants, calculé conformément aux dispositions de l’article D. 323-2-1, déduction faite, le cas échéant, des coefficients de minoration à l’article D. 323-2-2 au titre des efforts consentis par l’employeur en matière de maintien dans l’emploi ou de recrutement direct de bénéficiaires visés à l’article L. 323-3 ;

 

« 2° Multiplié, le cas échéant, par le coefficient de minoration défini à l’article D. 323-2-3 au titre des emplois exigeant des conditions d’aptitude particulières occupés par des salariés de l’établissement ;

 

« 3° Multiplié par les montants fixés à l’article D. 323-2-4 pour tenir compte de l’effectif de l’entreprise.

 

« II. - Toutefois, la contribution annuelle calculée selon les dispositions du I du présent article ne peut pas être inférieure au produit du nombre de bénéficiaires manquants, calculé selon les règles définies au 1° du I ci-dessus, par 50 fois le salaire horaire minimum de croissance.

 

« III. - Par exception aux dispositions des I et II ci-dessus, pour les établissements dont le pourcentage de l’effectif des salariés occupant des emplois qui relèvent des catégories d’emploi exigeant des conditions d’aptitude particulières excède 80 %, la contribution annuelle prévue à l’article L. 323-8-2 est égale au nombre de bénéficiaires manquants, calculé selon les règles définies au 1° du I du présent article, multiplié par 40 fois le salaire horaire minimum de croissance.

 

« Art. D. 323-2-1. - Le nombre de bénéficiaires manquants est égal à la différence entre le nombre des bénéficiaires mentionnés à l’article L. 323-3 que l’employeur est tenu d’employer en vertu de l’article L. 323-1 et le nombre de bénéficiaires occupés auquel est ajouté l’équivalent d’embauche de bénéficiaires dû à la passation de contrats mentionnés au premier alinéa de l’article L. 323-8 ou dû à l’accueil de stagiaires handicapés en application du second alinéa du même article. Un bénéficiaire occupé ne peut pas être comptabilisé plusieurs fois au motif qu’il entre dans plusieurs catégories de bénéficiaires visées à l’article L. 323-3.

 

« Art. D. 323-2-2. - Les coefficients de minoration mentionnés à l’article D. 323-2 au titre des efforts consentis par l’employeur en matière de maintien dans l’emploi ou de recrutement direct de bénéficiaires visés à l’article L. 323-3 sont égaux à :

 

« 1° 0,5, à titre permanent, pour l’embauche d’un bénéficiaire mentionné à l’article L. 323-3 et âgé de moins de 26 ans ou de 50 ans révolus et plus ;

 

« 2° 1 pour l’embauche ou le maintien dans l’emploi d’un bénéficiaire mentionné à l’article L. 323-3 pour lequel le directeur départemental du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle a reconnu la lourdeur du handicap en application de l’article R. 323-123, pour la durée de la validité de la décision ;

 

« 3° 0,5 la première année pour l’embauche du premier travailleur handicapé appartenant à l’une des catégories de bénéficiaires visés à l’article L. 323-3 ;

 

« 4° 1 la première année pour l’embauche d’un bénéficiaire mentionné à l’article L. 323-3 en chômage de longue durée ;

 

« 5° 1 à titre permanent pour l’embauche d’un bénéficiaire mentionné à l’article L. 323-3 à sa sortie d’une entreprise adaptée, d’un centre de distribution de travail à domicile ou d’un établissement ou service d’aide par le travail.

 

« Art. D. 323-2-3. - Le coefficient de minoration mentionné à l’article D. 323-2 au titre des emplois exigeant des conditions d’aptitude particulières est égal à 1 moins 1,3 fois le pourcentage de l’effectif des salariés occupant des emplois qui relèvent des catégories d’emploi exigeant des conditions d’aptitude particulières. Ce pourcentage est calculé par rapport à l’effectif total des salariés de l’établissement. Le nombre de salariés occupant des emplois relevant des catégories d’emploi exigeant des conditions d’aptitude particulières et le nombre total de salariés de l’établissement sont calculés conformément aux dispositions du premier alinéa de l’article L. 323-4.

 

« Les catégories d’emploi exigeant des conditions d’aptitude particulières sont énumérées dans la liste ci-dessous :

 

Vous pouvez consulter le tableau dans le JO

 

n° 35 du 10/02/2006 texte numéro 7

 

 

« Art. D. 323-2-4. - Les montants mentionnés à l’article D. 323-2 aux fins de tenir compte de l’effectif de l’entreprise, au sens du premier alinéa de l’article L. 323-4, sont fixés à :

 

« 1° 400 fois le salaire horaire minimum de croissance pour les entreprises comptant de 20 à 199 salariés ;

 

« 2° 500 fois le salaire horaire minimum de croissance pour les entreprises comptant de 200 à 749 salariés ;

 

« 3° 600 fois le salaire horaire minimum de croissance pour les entreprises comptant de 750 salariés et plus.

 

« Pour les établissements qui n’ont occupé aucun bénéficiaire mentionné à l’article L. 323-3, n’ont passé aucun contrat visé à l’article L. 323-8 ou n’appliquent aucun accord mentionné à l’article L. 323-8-1 pendant une période supérieure à trois ans, ce montant est fixé à 1 500 fois le salaire horaire minimum de croissance quel que soit le nombre de salariés de l’entreprise.

 

« Art. D. 323-2-5. - Dans la limite de 10 % du montant de la contribution annuelle calculée selon les dispositions des articles D. 323-2 à D. 323-2-4, les employeurs peuvent déduire du montant de cette contribution les dépenses, ne leur incombant pas en application d’une disposition législative ou réglementaire, qu’ils ont supportées pour favoriser l’accueil, l’insertion ou le maintien dans l’emploi des travailleurs handicapés au sein de l’entreprise ou l’accès à la vie professionnelle de personnes handicapées.

 

« Sont exclues des dépenses déductibles les dépenses donnant lieu à une décision de reconnaissance de la lourdeur du handicap mentionnée aux articles R. 323-120 à R. 323-126.

 

« Un arrêté conjoint du ministre chargé de l’emploi et du ministre chargé des personnes handicapées fixe la liste des dépenses déductibles en application du présent article.

 

« Art. D. 323-2-6. - Les employeurs qui s’acquittent de l’obligation d’emploi instituée par l’article L. 323-1 en versant au fonds de développement pour l’insertion professionnelle des handicapés la contribution annuelle prévue à l’article L. 323-8-2 versent la somme correspondante à l’association gestionnaire du fonds au plus tard à la date d’envoi de la déclaration annuelle prévue à l’article R. 323-9, pour l’année civile de référence au titre de laquelle la contribution est due.

 

« Ce versement est effectué par chèque bancaire ou postal ou par virement bancaire et donne lieu à un reçu de la part de l’association. »

Article 2

 

 

La sous-section 3 de la section 1 du chapitre III du titre II du livre III du même code (troisième partie : Décrets) est abrogée.

Article 3

 

 

Les dispositions du présent décret sont applicables à compter du 1er janvier 2006.

Article 4

 

 

Le ministre de l’emploi, de la cohésion sociale et du logement, le ministre de la santé et des solidarités, le ministre délégué à l’emploi, au travail et à l’insertion professionnelle des jeunes et le ministre délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

 

Fait à Paris, le 9 février 2006.

 

Dominique de Villepin

 

Par le Premier ministre :

 

Le ministre de l’emploi,

 

de la cohésion sociale et du logement,

 

Jean-Louis Borloo

 

Le ministre de la santé et des solidarités,

 

Xavier Bertrand

 

Le ministre délégué à l’emploi, au travail

 

et à l’insertion professionnelle des jeunes,

 

Gérard Larcher

 

Le ministre délégué à la sécurité sociale,

 

aux personnes âgées,

 

aux personnes handicapées

 

et à la famille,

 

Philippe Bas

 

 

retour sur la page décret

retour sur la page d'accueil

Copyright (handi-service.info) 2005-2006.

Page modifiée le : vendredi 10 février 2006